lundi 12 août 2013

Bienvenue au Pérou!

Voici enfin les nouvelles tant attendues de nos courageux voyageurs apprentis-péruviens!


Après une courte escale à Toronto et  environ 8 heures de vol, nous sommes enfin arrivés à l’aéroport international de Lima où nous attendait notre sympathique guide, Pepe. Nous avions peu de temps à Lima, moins d’une journée, alors nous l’avons rentabilisé au maximum.

Pour commencer, nous avons « dévoré » un très léger déjeuner à l’hôtel de Pepe (pain, marmelade, jus de papaye, café, tisane), et nous sommes allés retirer nos premiers soles à la banque. Les Québécoises ont alors commencé à sympathiser avec tous ceux qu’elles ont rencontré. La première victime: le gardien de sécurité de la banque. Après quelques photos, il se réfugie à l’intérieur de la banque, intimidé par tant d’attention… Ça promet!

Pour la journée, Pepe est aux petits soins avec nous et nous avons les services d’un mini-bus privé pour notre visite de la capitale du Pérou. Premier arrêt, el Museo Nacional de Arqueología, Antropología e Historia del Perú où nous avons eu un aperçu de l’histoire des différentes civilisations qui ont habité le Pérou, une bonne initiation pour nos conquistadors québécois. 


Ensuite, nous avons eu droit à notre premier repas à la péruvienne dans un restaurant typique. Nous avons goûté à la chicha morada (boisson faite avec du maïs mauve, de la lime, du sucre et de la canelle) et au plus que fameux Inca Cola. Certains ont été plus conservateurs en commandant des pâtes aux fruits de mer ou encore à la milanesa de pescado (genre de fish and chips), tandis que d’autres ont été plus téméraires et se sont risqués avec le ceviche de pescado (poisson cuit avec du jus de lime, servi avec beaucoup d’oignions et du maïs).
Nous en avons profité pour souligner les dix-sept ans de Laurie-Anne (qui semblait totalement surprise, probablement dû au fait que ce n’était pas son anniversaire… ). Ce fut sous les chants enthousiastes de tout le personnel du restaurant qu’elle reçut son dessert, un ballon et un t-shirt à l’effigie du restaurant. Un beau moment!

Nous avons ensuite poursuivi notre découverte de Lima en nous rendant au Monastère de San-Francisco, une gigantesque construction où ont vécu les Franciscains et qui regorge aujourd’hui de merveilles relatant l’histoire du christianisme. Nous avons alors constaté que les Péruviens n’ont pas la même définition du mot « conservation des reliques du passé » que nous. En effet, nous avons visité une bibliothèque contenant des ouvrages ayant plus de 500 ans et nous avons pu admirer des toiles de Peter Paul Rubens, un peintre plus que célèbre, mais qui étaient à l’air libre, soumis aux caprices de Dame Nature.

Il faut savoir également que sous ce monastère se trouvent des catacombes, le premier cimetière de Lima. À cet endroit, plus de 70 000 squelettes sont classés (tibia, péroné, crâne …), un endroit très chaleureux qui ferait le bonheur d’Idéfix!

Après une courte escale à la « Plaza Mayor » où nous avons admiré le Palais du Gouverneur, la cathédrale, l’archidiocèse, et après avoir fraternisé avec des étudiants péruviens voulant pratiquer leur anglais, nous sommes allés nous tremper les pieds dans le Pacifique (involontairement pour certains qui n’avaient pas vu la vague arriver... ).



Enfin, le moment de quitter Lima pour Arequipa était arrivé et Pepe nous a amenés à la station d’autobus. Le trajet s’est bien déroulé dans l’ensemble (malgré un retard de deux heures dû à un accident de la route et de deux jeunes voyageuses qui ont ressenti le mal des transports). Comme nous étions tous exténués du voyage en avion et de la journée à Lima, nous avons très bien dormi dans l’autobus à l’exception d’Anthony qui, pour une deuxième nuit de suite, n’a pas fermé l’œil.


C’est après 18 heures de route que nous avons eu droit à un accueil plus que chaleureux de nos familles péruviennes (ballons, affiches, sourires contagieux, enthousiasme débordant et cadeaux de bienvenue).



Heureux, mais légèrement nerveux, c’est dans cette atmosphère électrisante que les Québécois ont été kidnappés par leur famille respective…



Après deux jours de voyage, tous avions grand besoin d’une bonne douche, d’un bon repas et d’un bon lit. Chacun a été très bien accueilli, certains ont même pu gouter à des plats typiques, tandis que d’autres ont pu admirer la « Plaza de Armas » ou encore flâner en ville. Mais ce qui est certain, c’est que tous se sont couchés très tôt!


Aujourd’hui, lundi le 12 août, c’était déjà la rentrée au Colegio Internacional. Évidemment, les Québécois ne passent pas inaperçus (surtout lorsque, à la suite d’une parade des élèves de 4e et 5e secondaire, de la prière quotidienne et de l’interprétation de l’hymne nationale par la fanfare du Colegio, on les nomme un à la fois en leur demandant de se lever). Ils ont ensuite intégré leur classe respective (de 1re à 5e secondaire) pour commencer plus sérieusement leur apprentissage de l’espagnol.

Au cours des prochains jours, les voyageurs auront un horaire plus stable, car ils iront au Colegio, resteront dans leur famille, mais, évidemment, nous ferons quelques activités touristiques planifiées en notre honneur.

Pour terminer, voici quelques anecdotes en rafale :

Myriam a subi pour la première fois la ténacité des vendeurs d’artisanats péruviens. Elle s’est fait offrir une toile en aquarelle au Monastère, et le vendeur l’a suivi jusqu’à la Plaza Mayor (à un peu moins d’un km du Monastère) afin de finaliser sa vente… qui ne s’est finalement jamais concrétisée.

Commentaire d’Anthony à la suite de sa dégustation d’un cuy (cochon d’inde) : « C’est bon, mais y’a pas beaucoup de viande… »

Commentaire de Camille Robitaille à la suite de son premier déjeuner en famille : « Un steak en se levant, c’est pas facile… »

60% des uniformes des Québécoises sont trop grands pour elles… Les parents ont dû coudre et couper certains pantalons.
Camille Pitre n’a  pas eu cette chance et était la seule étudiante de tout le Colegio à se présenter en jeans, une permission très spéciale pour cette école où les élèves et enseignants portent fièrement l’uniforme…

À la suite du visionnement du très touchant film « Hashi »  dans l’autobus, l’agent de bord, probablement touché par le fait que Mélina ait pleuré toutes les larmes de son corps, a décidé de lui remettre le DVD.


Hasta luego!

5 commentaires:

  1. Très heureux d'avoir des nouvelles, c'est très intéressant à lire! On a déjà hâte au prochain blog et aussi de voir quelques photos ( surtout en uniforme d'école ) ! Johanne et Eric

    RépondreSupprimer
  2. Wow! Merci de partager avec nous vos premier pas au Pérou! On a l'impression d'y être un petit peu avec vous! Es muy bien escribido! Hasta luego!

    RépondreSupprimer
  3. C'est génial de vous suivre comme ça!

    RépondreSupprimer
  4. On ne voit que de larges sourires! Bravo. Et merci pour la fête de Laurie-Anne.

    RépondreSupprimer
  5. Super enfin on connait leur noms de voyageurs, malgré les incidents malheureux, on sent qu'ils passent un voyage inoubliable.
    Merci Christine et Louka

    RépondreSupprimer